L’opération des hémorroïdes : les informations indispensables

Tout savoir sur les opérations de la maladie hémorroïdaire

Tout savoir sur les opérations de la maladie hémorroïdaire

Les hémorroïdes sont des veines dilatées au niveau de l’anus et du rectum. Elles peuvent être internes ou externes. Tout le monde a des hémorroïdes. C’est leur développement qui peut devenir gênant, voire douloureux.

La maladie hémorroïdaire a plusieurs causes. Classiquement, la constipation, les grossesses et accouchements ou encore l’obésité sont souvent incriminés. Pour autant, les hémorroïdes peuvent survenir sans qu’aucun déclencheur n’ait été identifié clairement.

Il existe des moyens de limiter le développement de la maladie hémorroïdaire. Anne LOPEZ, en a fait un livre qui ne se substitue pas à une prise en charge médicale, mais qui peut donner de bonnes pistes pour les soulager durablement.

Face à la présence d’une hémorroïde, un avis médical est-il toujours nécessaire ?

Oui.

Il est indispensable d’avoir un suivi médical. Ce qui apparaît comme étant une dilatation des veines du rectum et de l’anus peut être, en fait, toute autre chose. Seul un médecin pourra confirmer ou infirmer le diagnostic de crise hémorroïdaire.

Un médecin généraliste, un proctologue ou un gastro-entérologue peut parfaitement assurer ce suivi.

Quand faut-il opérer une hémorroïde ?

Les crises hémorroïdaires sont souvent considérées comme bénignes. L’opération est rarement absolument nécessaire. La chirurgie est parfois indiquée quand les hémorroïdes et leurs crises deviennent franchement douloureuses.

Avant de penser à l’opération, il est important d’évoquer avec votre médecin les différentes possibilités pour réduire les crises hémorroïdaires. Le livre d’Anne LOPEZ pourra vous éclairer à cet égard.

C’est l’intensité de la douleur, qui a pour conséquence principale une dégradation de la qualité de vie, qui va entraîner la réflexion autour des bénéfices d’une opération des hémorroïdes.

L’opération des hémorroïdes concerne, environ, 5 % des patients.

Maladie hémorroïdaire : Comment se passe l’opération ? Quel médecin intervient ? Quelle anesthésie ?

L’objectif d’une opération des hémorroïdes est de supprimer :

  • Pour les hémorroïdes externes, les caillots responsables de thrombose et des crises douloureuses,
  • Pour les hémorroïdes internes, les « chapelets » hémorroïdaires qui sont expulsés avec les selles et qui peuvent provoquer des saignements.

C’est un chirurgien viscéral ou un proctologue qui exécutera l’acte chirurgical pour supprimer les hémorroïdes.

Les anesthésies pratiquées pour ce type d’opération peuvent être générales, locorégionales ou locales avec sédation.

Quelles sont les différentes techniques pour opérer une hémorroïde ?

Il existe trois types de chirurgie des hémorroïdes.

Avant d’être opéré, il est important d’échanger avec ses médecin et chirurgien pour être parfaitement informé des avantages, mais aussi des risques, de chacune d’elle. Aucun acte chirurgical ne doit être considéré comme bénin. Il y a simplement des opérations plus légères que d’autres. Cependant, toutes comportent des risques.

Avant l’opération, une préparation est souvent demandée avec, notamment, un lavement.

L’hémorroïdectomie, l’opération des hémorroïdes la plus classique

Cette technique opératoire contre les hémorroïdes est également appelée intervention de Milligan et Morgan.

Elle est pratiquée depuis la fin des années 1930.

Elle consiste au retrait pur et simple des hémorroïdes, par paquet.

Cette opération est considérée comme douloureuse. L’intensité de la douleur dépend du nombre d’hémorroïdes retirées.

Un arrêt de travail de deux à trois semaines est souvent donné pour l’hémorroïdectomie.

L’hémorroïdopexie, une nouvelle technique opératoire face à la maladie hémorroïdaire

Ce type de chirurgie est également nommé opération de Longo ou anopexie circulaire par agrafage. Elle est pratiquée depuis 1995.

Elle concerne les hémorroïdes internes. Son objectif principal est d’éviter l’expulsion des paquets hémorroïdaires avec les selles en les retenant mécaniquement dans le rectum. L’Hémorroïdopexie ne supprime pas les veines dilatées et malades du rectum, mais les repositionne.

L’intervention dure moins de 30 minutes. L’hospitalisation est d’une journée en moyenne. L’arrêt de travail pour ce type d’acte chirurgical contre les hémorroïdes internes est inférieur à 5 jours.

La désartérialisation guidée par le Doppler, une chirurgie des hémorroïdes en plein développement

Cette opération de la maladie hémorroïdaire interne est également appelée technique Hal-Doppler RAR.

Les artères hémorroïdaires sont préalablement repérées par Doppler.

L’acte opératoire va consister à ligaturer les artères hémorroïdaires, qui alimentent en flux sanguin les veines de l’anus et du rectum. Cette ligature va mécaniquement diminuer le volume des hémorroïdes dans les jours suivant l’opération.

Maladie hémorroïdaire et opération : la prise en charge de la douleur est un impératif

La prise en charge de la douleur après une chirurgie des hémorroïdes est très importante.

La douleur, même si elle est très variable d’un patient à l’autre et d’un type de chirurgie à l’autre, est fréquente juste après l’opération et lors des premières selles.

Avant l’acte chirurgical, lors des consultations, il est essentiel d’évoquer les moyens de soulager la douleur postopératoire. Et cela d’autant plus que la durée des hospitalisations est de plus en plus courte.

Licence photo : © Porechenskaya – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 4 =


Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Inscrivez vous à ma newsletter !

 

Vous aurez, chaque semaine, toutes les informations pour prendre en main la santé de vos jambes et lutter contre les troubles de la circulation sanguine :

Bravo ! Il ne vous reste qu'à confirmer votre mail.

Pin It on Pinterest

Share This