J4 à Bagnoles, le pervers des thermes et le vicieux du sauna

 

cure-bagnoles-de-l-orne-phlebologie

Bagnoles-de-l’Orne par la photographe Carol SMITH

Jeudi, les chroniques de Mathilde curiste en phlébologie

Le matin du 4ème  jour de la cure thermale en phlébologie à Bagnoles-de-L’orne : La bataille de la douche au sauna, le vicieux et le pervers des thermes

Au début des soins, je cherche une douche au B’O SPA thermal. Il n’y en a pas de disponible, sauf deux au niveau du bassin de marche aquatique mais qui ne font pas vraiment envie et une au sauna. Je vais au sauna, la douche est vide. J’en profite. Au bout d’une minute, un petit vieux sort du sauna et attend devant la douche qui a une porte vitrée. Bon… il se rince l’œil, le petit vicieux ?

Je sors en disant « je vous laisse la place.

–          Oui, il était temps, après le sauna, il faut prendre une douche froide immédiatement,

–          Il paraît. »

Je sors de l’espace « sauna » et il me lance :

–          « Et en plus vous n’allez même pas au sauna ! ».

Je fais quelques pas dans le couloir pour aller à mes soins, reviens à l’espace « sauna » et lui lance revancharde

« Je fais strictement ce que je veux ».

Nan mais.

C’est l’heure de l’aérobain, il y a foule, de l’attente à prévoir. Je m’assois près d’un homme qui s’impatiente. La quarantaine. « Vous venez souvent ici ?» LA conversation s’engage sur les soins, les bénéfices santé, le confort des installations. Entre-deux phrase je crois entendre « Tu es très belle ». Je le regarde surprise, il me fixe droit dans les yeux. Il tente de se rapprocher. L’hôtesse me sort de ce mauvais pas et m’invite à prendre place en cabine. Quand elle ferme la porte, je lui dis « Il est bizarre ce type, non ?

–       Il ne faut pas faire attention » me répond-elle avec un petit sourire.

A la fin du bain, je sors vite pour l’éviter et je l’aperçois avec une grande blonde, plantureuse, magnifique qui pourrait très bien être danseuse au Crazy Horse. Elle a l’air embêté et ne sais pas comment se dépêtrer de cet acolyte. Je lui lance un regard plein de compassion. La cure, ce n’est pas toujours de tout repos.

Photo en licence CC par la photographe Carol SMITH

Retrouvez les chroniques de Mathilde, curiste à :

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − douze =


Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Inscrivez vous à ma newsletter !

 

Vous aurez, chaque semaine, toutes les informations pour prendre en main la santé de vos jambes et lutter contre les troubles de la circulation sanguine :

Bravo ! Il ne vous reste qu'à confirmer votre mail.

Pin It on Pinterest

Share This