J-16 cure à Bagnoles-de-L’orne, le tour du monde des eaux

 

photo en licence CC par JMT-29

Bagnoles-de-l’Orne, le Grand Hôtel

Mardi, les chroniques de Mathilde curiste en phlébologie

Tisane du jour : Silhouette parfaite

Le matin du 16ème  jour de la cure thermale en phlébologie à Bagnoles-de-L’orne : Le tour du monde des eaux

La cure s’écoule tranquillement. Je suis un peu plus attentive à l’environnement. Toutes les cabines ont des noms rendant hommage à l’eau dans toutes les langues :

  • Shovei, chinois,
  • Vatn, islandais,
  • Ilma, malais,
  • Mizu, japonais,

Hier c’était l’engorgement aux bains. Aujourd’hui, pareil. Je vais voir la surveillante à l’accueil pour lui demander la raison. Ma question est simple :

« Pourquoi il y a autant de monde dans cette cabine alors que dans les autres cabines du couloir il n’y a personne ?

–          C’est partout pareil, dans toutes les cabines c’est la même chose.

–          Non, pas du tout, les autres cabines du couloir sont vides, les hôtesses font la discussion entre-elles et ici, il y a 5 personnes qui attendent.

–          [La surveillante qui commence à être agacée] Je ne peux pas vous répondre, vous ne prenez pas en compte les personnes qui sont en avance.

–          Les curistes sont autant en avance que les semaines précédentes et il n’y a jamais eu autant d’attente.

–          Oui, mais c’est comme ça ! »

Quelle belle réponse « c’est comme ça ». Du coup, j’attends, comme tout le monde à cette cabine. Les curistes qui attendent, que des personnes très courageuses surtout celles qui râlaient dans leur barbe avant mon intervention, marmonnent « c’est vrai on attend mais au moins, on peut discuter ». Sauf que moi, je ne suis pas venue en cure thermale pour discuter, ni pour attendre mais pour me soigner efficacement. Ce que je retiens c’est que le calendrier de soins des curistes est vraiment moins bien optimisé que précédemment et c’est d’autant plus rageant, que dans l’établissement, il y a visiblement moins de monde que les jours précédents.

Après le soin, l’hôtesse vient me présenter ses excuses pour le retard. Et ça me met mal à l’aise. Car elle, elle n’y est pour rien. C’est au choix un problème de planification des soins et/ou un problème de la surveillance qui ne répartit (ou n’a pas le pouvoir de répartir) les curistes en fonction des pics d’affluence et des cabines.

Photo en licence CC par JMT-29

Retrouvez les chroniques de Mathilde, curiste à :

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 5 =


Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Inscrivez vous à ma newsletter !

 

Vous aurez, chaque semaine, toutes les informations pour prendre en main la santé de vos jambes et lutter contre les troubles de la circulation sanguine :

Bravo ! Il ne vous reste qu'à confirmer votre mail.

Pin It on Pinterest

Share This