J 1 à Bagnoles-de-l’Orne, la découverte de la cure thermale en phlébologie

 

© Denis Fruit - Fotolia.com

Bagnoles de l’Orne : la station thermale

 

Enfin le premier jour de la cure thermale en phlébologie est là. Mes jambes souffrent.

Le matin : 1er  jour aux thermes de Bagnoles de l’Orne

J’attrape de justesse la navette qui passe juste sous le meublé. En 10 minutes, je suis aux thermes et vais à l‘accueil du B’O SPA thermal. Un planning de soins provisoire m’est donné. Je suis priée de revenir mercredi pour régler le solde.

L’hôtesse au vestiaire me donne le sac des curistes « spa », le peignoir, les sandales. Elle présente le fonctionnement des vestiaires (carrelage foncé pour les chaussures de villes et aller vers l’extérieur, carrelage clair pour aller vers l’espace de soins avec mes sandales). Chaque curiste dépose ses affaires dans un petit casier fermé à clef. C’est simple et efficace.

Il y a des photos partout du photographe Charles FREGER. Il développe son art autour de la mise en scène des uniformes. Pour le B’O SPA thermal, il a retenu le peignoir. Dans l’idée, c’est plutôt intelligent. Sur les photos, des personnes ainsi vêtues, toutes des hommes à en croire leurs jambes (elles apparaissent que de dos) se promènent dans la forêt, embrassent un arbre, cueillent des pommes, capuche sur la tête. Concrètement, honnêtement, ça fait un peu secte.

Le peignoir est changé tous les jours et celui du SPA thermal est bien confortable.  Il y a 4 tailles pour s’adapter au mieux à la physionomie des curistes, les couleurs sont chaudes, la capuche est pratique. En aucun cas, nous sommes mal-fagotés. Avec le sac SPA, les curistes sont stylés. Il a été imaginé par le créateur Gaspard Yurkievich et c’est une réussite.

Les premiers soins sont kiné, aérobain, hydrobain, couloir de marche.

La tisanerie en libre-service est au bout du couloir. J’en profiterai une prochaine fois.

L’après-midi : 1er  jour de la cure thermale en phlébologie à Bagnoles de l’Orne

J’ai une prescription pour des bas de contention et je me rends dans la pharmacie près de l’Église. Il y a, sur toute la vitrine, des présentations de bas de contention. A priori, ce sont des spécialistes de la chose. La préparatrice, devant mon ordonnance, me donne le choix entre deux marques, mais pas du tout celles que je porte. OK, j’achèterai mes bas de contention ailleurs. On peut être dans une ville thermale avec orientation « phlébologie » et ne pas avoir un conseil génial en bas de contention. Comme quoi… ce sont les cordonniers qui sont les plus mal chaussés manifestement.

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 7 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Inscrivez vous à ma newsletter !

 

Vous aurez, chaque semaine, toutes les informations pour prendre en main la santé de vos jambes et lutter contre les troubles de la circulation sanguine :

Bravo ! Il ne vous reste qu'à confirmer votre mail.

Pin It on Pinterest

Share This