L’insuffisance veineuse : Tout savoir en 6 questions

insufisance-veineuze

L’insuffisance veineuse : tout savoir, tout comprendre

L’insuffisance veineuse a toujours existé. Des écrits antiques grecs et romains en font déjà mention. Mais le temps du chasseur-cueilleur qui marchait toute la journée est bien loin. La circulation sanguine se fait plus paresseuse quand on est toute la journée derrière un bureau ou devant son ordinateur.

Aujourd’hui, plus d’une femme sur deux et un homme sur trois sont directement concernés par des problèmes d’insuffisance veineuse. Les maux provoqués par une mauvaise circulation sanguine sont de plusieurs ordres. Faisons le point sur le sujet en six questions.

Question 1 : Comment se manifeste l’insuffisance veineuse ? Quels sont les symptômes ?

L’insuffisance veineuse désigne plus spécifiquement des problèmes de retour veineux. Le sang stagne dans les veines et provoque trois problèmes classiques : les jambes lourdes, les varices et la phlébite qui parfois dégénèrent en embolie pulmonaire.

Les jambes lourdes et gonflées, les premières conséquences de l’insuffisance veineuse

Les jambes lourdes désignent une pesanteur ressentie au niveau des membres inférieurs. Fréquemment, ces jambes lourdes s’accompagnent d’œdème, c’est-à-dire, d’un gonflement des chevilles et des mollets.

Les tiraillements sont souvent ressentis tout comme des tensions ou des crampes.

Ces premiers troubles liés à une insuffisance veineuse peuvent apparaître selon une saisonnalité particulière à savoir : l’été. La chaleur dilate les vaisseaux et peut accroitre ces problèmes du réseau veineux.

Les varices, un mal très fréquent et banalisé

Les varices ne touchent que les veines superficielles du réseau veineux. Une veine est considérée comme étant une varice quand son diamètre dépasse les trois millimètres. La veine malade devient tortueuse et, il faut bien le reconnaître, inesthétique.

La varice prend naissance en raison d’un reflux sanguin. Les valvules présentes dans les veines n’assurent plus correctement leurs missions pour propulser le sang vers le cœur. Les varices apparaissent de manière classique sur le mollet, qui assure 80 % du retour veineux.

Quand l’insuffisance veineuse devient une urgence médicale : la phlébite et l’embolie pulmonaire

La phlébite désigne la constitution d’un caillot sanguin dans une veine. Il va l’obstruer puis devenir ambulant. En fonction de la localisation de la veine malade atteinte, la phlébite peut être superficielle ou profonde et nécessite dans les deux cas une consultation médicale.

La phlébite profonde est la plus grave, car elle peut dégénérer en embolie pulmonaire. C’est une urgence médicale absolue.

Question 2 : Comment se fait le diagnostic de l’insuffisance veineuse ?

L’insuffisance veineuse est forcément diagnostiquée par un médecin. Le médecin traitant peut faire intervenir ses collègues : angiologue ou phlébologue pour suivre ce trouble de la circulation sanguine.

En cas d’insuffisance veineuse chronique, un suivi médical sérieux est indispensable.

Après un examen clinique avec une auscultation et palpation des jambes, il pourra demander un Doppler veineux ou écodoppler.

Question 3 : Prévenir l’insuffisance veineuse, c’est possible ?

Il est possible d’agir sur certaines causes d’une mauvaise circulation sanguine, mais pas sur toutes.

Par exemple, le premier facteur augmentant les risques d’une insuffisance veineuse chronique est l’hérédité, autrement-dit, avoir un parent atteint, ou les deux.

À côté de ce risque contre lequel personne ne peut rien, il y a tout ce qui touche à l’hygiène de vie. Il est ainsi possible de limiter la progression de son insuffisance veineuse si elle est liée :

  • À une alimentation déséquilibrée,
  • À un surpoids,
  • À une sédentarité excessive,
  • Au chauffage par le sol,
  • À une pratique habituelle ou excessive de sauna, hammam, ou épilation à la cire chaude,

« Pouvoir agir » ne veut pas dire qu’il est « facile d’agir », mais cela veut dire que c’est possible.

A contrario, favoriser des sports comme la marche et la natation ne peut qu’être bénéfique pour limiter les conséquences d’une insuffisance veineuse chronique.

Question 4 : Les problèmes de circulation sanguine ne touchent-ils que les jambes ?

Les jambes sont les premières touchées par l’insuffisance veineuse. Pour autant, les problèmes circulatoires peuvent également toucher d’autres parties du corps comme les célèbres hémorroïdes, les varices vulvaires et périnéales ou encore les varices œsophagiennes.

Il peut également exister des problèmes de lymphœdème des bras, aussi appelé phénomènes des « gros bras ». Le lymphœdème des bras touche les personnes ayant eu un curage des ganglions suite à un cancer du sein.

Question 5 : Quels sont les traitements pour combattre l’insuffisance veineuse ?

Il n’y a aucune « pilule miracle » pour guérir d’une insuffisance veineuse. En revanche, il existe plusieurs moyens de combattre une mauvaise circulation sanguine. Nous allons voir les traitements principaux.

Les bas de contention, le traitement de référence contre une mauvaise circulation sanguine

Les bas de contention sont LA référence pour lutter contre une insuffisance veineuse. Ils peuvent être portés par des hommes ou des femmes. On les appelle également « bas de compression ».

Contrairement à leur réputation, ils sont souvent très beaux et faciles à mettre en connaissant les bonnes astuces.

Pour combattre l’insuffisance veineuse, il existe 4 classes (ou forces) de contention. Les bas de compression médicale de force 2 sont les plus prescrits. Pour les acheter, il faut une ordonnance que votre médecin traitant peut parfaitement faire s’il le juge nécessaire.

Les cures thermales en phlébologie, un traitement à découvrir contre la mauvaise circulation sanguine et les varices

Elles ne sont pas dans l’air du temps pourtant, les cures thermales en phlébologie apportent un réel soulagement. À titre personnel, si je pouvais y aller tous les ans, je le ferais sans hésitation. À la fin de chaque cure, mes jambes avaient franchement dégonflé et n’avaient plus de tiraillement pénible.

Je suis allée à Luxeuil-les-Bains qui est une station thermale très chaleureuse. Le personnel des thermes est adorable. Les curistes sont véritablement chouchoutés. Et à Bagnoles-de-l’Orne où le SPA thermal n’a rien à envier à la Villa Thalgo.

Il y a 12 stations thermales en phlébologie en France.

Une cure thermale dure trois semaines et est en partie remboursée par la Sécurité Sociale, si elle a fait l’objet d’une prescription bien-sûr.

Les veinotoniques et la phytothérapie

Les veinotoniques ne sont plus remboursés en France depuis une dizaine d’années. Leurs bénéfices médicaux n’ayant pu être suffisamment documentés.

La phytothérapie, en revanche, gagne du terrain. Il existe des plantes connues pour lutter contre l’insuffisance veineuse, notamment :

  • L’intrait de marron d’Inde : très utilisé en Angleterre,
  • La vigne rouge,
  • Le ginkgo,
  • L’hamamélis,
  • Le fragon,
  • L’ail,

Les massages et la pressothérapie

Les massages ne doivent être que pratiqués par des kinésithérapeutes. Pour les autres professions, on parle de modelages.

Le massage et, notamment le drainage lymphatique, sur les membres touchés par une mauvaise circulation sanguine (jambes ou « gros bras ») provoque un réel soulagement. Malheureusement, il est très difficile de trouver des professionnels véritablement formés à ces techniques et qui veulent les pratiquer. Le tarif de base de la Sécurité Sociale est particulièrement faible.

C’est bien dommage… pour les personnes souffrant de troubles circulatoires veineux ou lymphatiques.

À côté des massages, il y a la pressothérapie. Certains kinésithérapeutes ou médecins proposent cette technique qui reproduit les bienfaits du drainage lymphatique. Elle nécessite un investissement coûteux pour le professionnel qui la pratique, mais peut réellement intéresser des personnes concernées par des problèmes d’insuffisance veineuse. Les bottes de pressothérapie sont un peu spéciales, mais le bénéfice est au rendez-vous… c’est donc l’essentiel.

Les opérations des varices et des troubles circulatoires

Il existe plusieurs techniques pour ôter une varice :

  • Le stripping,
  • Le laser endoveineux,
  • La mousse sclérosante,
  • La cryochirurgie,

Le stripping est l’opération des varices la plus ancienne et la plus pratiquée. Cette technique chirurgicale est aujourd’hui fortement concurrencée par les nouvelles possibilités opératoires, souvent bien moins traumatisantes.

Quelles sont les périodes à risque pour l’insuffisance veineuse ?

L’insuffisance veineuse est souvent chronique. Pour autant, il y a des périodes qui augmentent sensiblement les risques liés aux problèmes de mauvaise circulation sanguine. Nous allons en passer trois en revue.

La grossesse et les suites de couches : un heureux évènement qui doit s’accompagner d’une vigilance accrue

Le pic hormonal de la grossesse et le poids du bébé sont des facteurs déclenchant ou aggravant d’une mauvaise circulation.

Il ne faut pas hésiter à intégrer ce problème d’insuffisance veineuse, voire de varices, au suivi médical de la grossesse et du post-partum. Les sages-femmes sont parfaitement formées à cette problématique, tout comme les gynécologues.

Il existe des collants de contention parfaitement adaptés aux femmes enceintes. Et parfois, en suite de couches surtout si l’accouchement a eu lieu par césarienne, les médecins prescrivent des anticoagulants.

Le postopératoire et l’alitement prolongé : une surveillance est nécessaire

Les suites opératoires et l’alitement prolongé augmentent également les risques de complications liées à l’insuffisance veineuse.

Il existe des bas de contention adaptés à ces deux situations. Ce ne sont pas les mêmes, ils n’ont pas les mêmes caractéristiques, mais permettent réellement de diminuer les risques de problèmes majeurs de circulation sanguine.

Dans ces situations, comme pour la grossesse ou le post-partum, il ne faut pas hésiter à s’équiper d’un enfile-bas de contention. C’est un investissement très utile dans certaines circonstances.

Être malade d’un cancer et suivre une chimiothérapie : des précautions sont indispensables pour limiter les risques liés à l’insuffisance veineuse

Le cancer provoque fréquemment des troubles de la coagulation, la présence d’une tumeur peut induire des problèmes de circulation du sang et les conséquences des traitements font que le patient sera moins actif qu’à l’accoutumée.

Ces trois raisons sont des facteurs qui augmentent les risques d’insuffisance veineuse.

Dans ces cas-là, les médecins ont souvent recours aux bas de contention et à la prise d’anticoagulants pour prévenir au maximum, les risques de phlébite. Si vous êtes concerné, n’hésitez pas à échanger sur ce point avec votre oncologue et consulter cet article sur le cancer et la thrombose.

Crédits photo : © ursupix – Fotolia.com

2 Commentaires

  1. Jacinthe B

    Est-ce que l’insuffisance veineuse peut conduire à un limphoedeme?

    Réponse
    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      Pour moi, oui.

      Mais voyez votre médecin qui pourra vous éclairer plus précisément sur votre situation médicale

      Bien à vous

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + douze =


Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Inscrivez vous à ma newsletter !

 

Vous aurez, chaque semaine, toutes les informations pour prendre en main la santé de vos jambes et lutter contre les troubles de la circulation sanguine :

Bravo ! Il ne vous reste qu'à confirmer votre mail.

Pin It on Pinterest

Share This