Des frais, toujours des frais

 

Dans la série : les déconvenues des curiste n°2

Découvrez la numéro 1 : la propreté des chambres

Les frais d'une cure thermale

Les frais d’une cure thermale

Lors d’une de mes cures thermales en phlébologie, j’étais logée dans une sorte d’appartement-hôtel. Le gros avantage de ce site, c’est que les curistes pouvaient aller au centre de soins en peignoir puisqu’il était intégré à l’établissement.

Le deuxième gros avantage, c’est qu’il y avait un bel espace aquatique à l’eau thermale avec bassins, jets d’eau, jacuzzi, cols de cygne, accessible aux curistes logés sur place. Il faut reconnaître que c’est bien agréable.

Seulement, à l’arrivée, les déconvenues ont été nombreuses :

  • Non, l’espace aquatique n’est pas accessible aux enfants de moins de trois ans, contrairement à ce que l’on m’avait dit au téléphone. Dommage pour mon fils cadet qui a 2 ans 3/4. Quant à mon fils aîné, il faudra s’acquitter en plus de 100 €/ semaine ce que personne ne m’avait mentionné lors de la réservation.
  • Non, la vue que l’on voit sur le site de l’établissement ne concerne pas tous les appartements. Adieu panorama sur le parc boisé. Moi, pendant trois semaines, j’aurai une vue magnifique sur les trottoirs défoncés de la rue et comme l’appartement est au RDC, j’ai nettement l’impression d’être dans cette rue.

Pour la Direction de l’hôtel, quand j’évoque ce décalage, on me répond

« Quand on vend une maison, on ne montre pas le garage ».

Traduction pour la pauvre curiste que je suis, ma location est le garage de l’hôtel. Ça donne envie de revenir. La solution qui m’est proposée avec mansuétude est de prendre une autre location en alignant un chèque de 300 € supplémentaires.

Une fois payé, je m’installe dans ma nouvelle location, avec une belle vue sur le fameux parc boisé.

Non, la vue de compense pas tout car, en plus du prix, j’ai droit aux bruits des turbines du bel espace aquatique, qui font un boucan de tous les diables.

Quand j’en parle à la Direction, on me répond avec agacement

« – Ah, mais madame, nous avons des contraintes !

D’accord, mais comment me dédommagez-vous contre ces nuisances qui sont de votre fait ? »

Là, je choque mon interlocuteur. Non, ici c’est un établissement haut de gamme, on ne vend pas des tapis. Traduction, pour la pauvre curiste que je suis : l’argent n’a aucun problème pour partir dans un sens, mais le sens inverse lui est interdit.

Là, j’en ai assez de ces réponses et de l’attitude agressive de la Direction et je fais une liste exhaustive de tous mes griefs depuis que je suis arrivée. Le directeur a un air de plus en plus agacé et me balance une phrase, très belle, très intelligente, très avisée :

« J’ai décidé de vous laisser poursuivre votre séjour »

Traduction, que j’ai mis un petit moment à faire :

« J’ai réfléchi à vous virer (vous, votre mari, vos deux enfants en bas âge) mais non, dans ma grande générosité, je consens à vous laisser poursuivre votre séjour. »

Ce type de politique commerciale donne envie de revenir, n’est-ce pas ?

 

Le temps passe et la fin de la cure thermale en phlébo approche.

Un soir, une grande fatigue survient et je n’ai aucune envie de faire la cuisine. Je me laisse donc tenter par le menu du restaurant de l’établissement. En appelant, je demande clairement quel est le prix de ce menu.

« 20 € madame »

Très bien, je commande.

15 minutes après, le serveur arrive et me demande de signer la note qui est de 25 €.

« attendez-là, j’ai demandé explicitement à la personne qui a pris ma commande combien je devais payer et on m’a dit 20 €

Ah, mais il faut payer en plus le room-service madame.

Le service de chambre ? Et vous ne pouviez pas le dire ?

Non, c’est écrit dans notre brochure ».

Bon, là c’est clair, je ne remettrai jamais les pieds dans cet établissement.

Crédit photo : © Rob hyrons – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici quatre autres articles :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 − cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Vous souffrez de varices et d'insuffisance veineuse ?

Inscrivez vous à ma newsletter !

 

Vous aurez, chaque semaine, toutes les informations pour prendre en main la santé de vos jambes et lutter contre les troubles de la circulation sanguine :

Bravo ! Il ne vous reste qu'à confirmer votre mail.

Pin It on Pinterest

Share This